En attendant Chris THOMAS...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Jeu 20 Mai 2010 - 15:45

Bonjour,

En attendant la visite de Chris THOMAS en septembre, je me suis "baladé" sur son blog pour en savoir plus sur, ce qui semble être, un Grand Monsieur.
Vous trouverez ci-dessous une traduction que j'espère la plus juste de sa biographie :



BIOGRAPHIE de CHRIS THOMAS



Le Grand Maître Chris Thomas est un maître instructeur d'auto-défense, combat à mains nues. Il enseigne depuis plus de 37 ans et détient le rang de Master en Isshin-ryu et Ryukyu- kempo. Il pratique également le Tai Chi Chuan depuis plus de 30 ans. Chris Thomas est un professeur très apprécié capable de facilement et clairement démystifier le problème de la violence physique et l'enseignement simple et efficace ainsi que les méthodes pour y faire face. Il est un animateur de séminaire à travers les États-Unis et en Europe. Chris Thomas est aussi un pasteur ordonné avec 25 ans d'expérience en tant que pasteur de la paroisse. Cette combinaison inattendue lui permet de traiter à la fois les aspects physiques et éthiques de la légitime défense.


Chris Thomas est un instructeur senior en Dillman Karate International (DKI) et est un expert en combat utilisant les points de pression (Kyusho-jitsu) et le co-auteur, avec George Dillman, d'une série de livres sur l’utilisation des points de pression. Il a également écrit de nombreux articles sur les points de pression et d'autres sujets. Il a été publié dans des magazines du monde entier, y compris Black Belt Magazine et SWAT aux Etats-Unis, le magazine Blitz, en Australie, Budoka en Finlande, et « Arts International » au Royaume-Uni.

Chris Thomas est instructeur en chef pour l'organisation Kyusho-Jitsu Kenkyukai. KJK est un groupe affilié à DKI et qui met l'accent sur la théorie de l’application des points de pression à n'importe quel art. Les membres de la KJK sont situés dans le Wisconsin, le Minnesota, l'Illinois, dans le Nevada, et le Maryland. Les membres de la KJK représentent de nombreux styles (Chen Fu Kung Fu, Kempo américaine, tae kwon do, hapkido, karaté américain, Ryukyu-kempo, le karaté Isshin-ryu, le karaté Shorin-ryu). Plusieurs sont « propriétaires » d’écoles d’arts martiaux, d'autres sont les dirigeants de club de karaté. L'un d’entre eux est vice-président de la Fédération internationale d’Hapkido. Toutes ces écoles étudient la méthode Dillman sous la direction du Grand Maître Chris Thomas (8e Dan). Ces écoles proviennent d'un milieu diversifié de styles martiaux et des expériences artistiques qui ont comme point commun d’avoir découvert et adopté les concepts enseignés par Dillman dans leurs arts respectifs. Ces écoles sont venus à adopter la méthode Dillman, pour diverses raisons, mais la raison la plus fréquemment citée, c'est que cette connaissance a finalement donné un sens compréhensible pour le bunkai de leur art et a permit de donner à leurs techniques de l'efficacité au combat réel. C'est là que la KJK et le GM Chris Thomas ont fait une réelle différence.


En tout art martial, il arrive un moment pour l'artiste martial où comprendre réellement les concepts prend du temps et des heures de formation. Il ne s'agit pas seulement de comprendre les concepts et de bien faire les techniques, mais il doit également avoir la capacité d'enseigner ces techniques, ce qui peut prendre du temps. KJK et le GM Chris Thomas accompagnent ces écoles, en aidant les instructeurs à comprendre les concepts de telle sorte qu'ils seront correctement enseigner la méthode Dillman dans leurs écoles. Ce système contribue également à garantir, lorsque les écoles sont affiliées à Dillman Karate International (DKI), qu’ils peuvent fournir un niveau de formation de qualité qui représente vraiment ce qu’est la DKI. Les instructeurs au Kyusho-Jitsu Kenkyukai et futures écoles Dillman Karate International s’entrainent mensuellement avec le GM Chris Thomas et aussi participent au séminaire annuel KJK qui a lieu chaque printemps à Madison, Wisconson.

Si cela offre un intérêt, j'ai commencé à traduire certains articles rédigés par Chris THOMAS.

Bonne lecture et à bientôt sur les tatamis

Antoine
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Jean-Paul Bindel le Ven 21 Mai 2010 - 3:53

Merci et on attend la suite....

_________________
"Si on ne peut parler que de sa propre expérience, on peut toujours apprendre de celle des autres."
avatar
Jean-Paul Bindel

Nombre de messages : 2379
Age : 70
Localisation : Théza (66)
Date d'inscription : 25/07/2008

http://www.ecolefrancaisedebudo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Ven 21 Mai 2010 - 9:16

A la demande générale... de Jean-Paul, voici une autre proposition de traduction d'un article de Chris THOMAS (j'espère être resté le plus fidèle possible aux idées de Chris THOMAS).
Ce texte, à mon sens, résume parfaitement l'esprit de l'AEKJ initié par Me Jean-Paul BINDEL et ses cadres...
SI VOUS NE VOULEZ PAS m’apprendre, au moins ne me trompez pas
Par Chris Thomas


Comme j’ai été formé, à l’origine, dans le style Shotokan, j'ai décidé de participer à un séminaire Shotokan sous la direction de maître Hirokazu Kanazawa. Au cours du séminaire, Kanazawa-sensei a démontré plusieurs kata; à un moment donné du cours, sur la discussion d'une technique particulière du kata Jion, une ceinture noire leva la main et demanda: «Sensei, cela pourrait-il être une attaque à la tête ?" A ce moment, j’ai eu un peu d'espoir. La question démontrait que cet étudiant a été troublé par les explications dérisoires pour comprendre les mouvements de ce kata qui avait été donné au fil des ans. Elle a également montré qu'il était capable de « penser » et d’être à la recherche de la connaissance. Et, s’agissait d’une très bonne question. Peut-être qu'il serait récompensé par une bonne réponse.

"Non," répondit Kanazawa. «C'est un blocage." Mon cœur se serra, quand il a ensuite procédé à démontrer une explication évidemment irréaliste et inutile du mouvement. Quand il eut fini, le questionneur a répondu avec un copieux et reconnaissant, "Hai! Merci, Maître."


J'ai partagé ce petit épisode par e-mail avec un praticien Shotokan en Angleterre. Il a répondu en me disant que la seule fois qu'il avait vu Kanazawa démontrer un «mouvement décent» (ce sont ses paroles) sur les demandes des mouvements d’un kata, a été quand il glissa une attaque au cours d'une conversation privée entre Kanazawa-sensei et Kato-sensei. Cela pose la question alors, si les instructeurs orientaux ont une meilleure connaissance qu'ils nous ont montré, pourquoi ne le démontrent-ils pas ?


Le domaine des connaissances des points de pression est un bon exemple de ce phénomène très « conservateurs ». L'un des vrais grands maîtres du 20e siècle a été Shogo Kuniba, le chef de l'organisation Seishinkai karaté. Kuniba-sensei aimait à enseigner le karaté aux États-Unis parce que ses étudiants américains lui donnait l’occasion d'expérimenter et d'innover (alors qu’au Japon, il devait simplement remplir le rôle de soke / héritier du style de karaté de son père). Comme il se savait condamner par le cancer, Kuniba attribua la direction de l'organisation de karaté au Japon pour ses fils, mais il a désigné un Américain, Sensei William Price, pour hériter de son propre système de karaté novateur. Selon Price, dans les derniers mois de sa vie, Kuniba-sensei a commencé à partager des informations sur les techniques de point de pression. William Price raconte que Kuniba exprima le regret qu'il avait d’avoir conservé la connaissance depuis si longtemps, et qu'il n'y avait plus assez de temps pour pleinement divulguer cet aspect du karaté à son héritier.


Mike LaMonica est peut-être le plus ancien expert du monde occidental de jujitsu Hakko-ryu, formé directement par le fondateur du système Ryuho Okuyama, qui lui a octroyé le titre de Menkyo Kaiden. Je n'ai rencontré LaMonica-sensei qu’une seule fois (à un baptême), mais j'ai eu l'occasion de parler avec lui au téléphone. Notre conversation était au sujet de l'utilisation des points de pression dans le cadre de l'exécution du kihon waza Hakko-ryu (les techniques de base du système). Quand nous avons abordé les spécificités des points de pression, la position de LaMonica est devenue: «Oui, mais nous n'enseignons qu’à partir du 5ème Dan."


Une remarque similaire est faite par l'expert en Aïkido Morihiro Saito. Saito-sensei a déclaré (apparemment en citant les enseignements du fondateur de l'aïkido Morihei Ueshiba) que l’atemi, ou l'attaque des points vitaux, est essentielle pour plus de 90% de la technique de l'aïkido et ainsi être appliquée avec succès, et pourtant, cette partie de l'art n'est pas enseignée avant le 5ème dan (atteint après environ 20 ans de formation!) Apparemment, les élèves peuvent se concentrer sur d'autres aspects de la formation. Il semble étrange que l'élément qui est nécessaire à la bonne exécution des techniques de l'aïkido est volontairement laissé de côté la pratique de l'étudiant.


Un ami m'a donné une vidéo enregistrée lors du séminaire donné par Taika Oyata. Oyata-sensei a été le premier à démontrer les techniques de point de pression de manière publique. Il a souvent démontré les points de pression, knock-outs et présenté le Kyusho-jitsu dans le cadre de son programme. Dans la vidéo, Oyata-sensei a enseigné à un petit groupe d'étudiants passionnés (dont l'un - j'ai été surpris de le voir - était ancien camarade de dojo dans les années 70). À un moment donné, Oyata a commencé à présenter une technique de knock-out. Il a lentement et délibérément montré la technique de façon à ce que toutes les personnes présentes puissent suivre. Les étudiants regardèrent attentivement et imitèrent ses mouvements. Puis tout à coup, et sans prévenir, Oyata mis l'étudiant, qui servait de uké, KO.


Les élèves de ce séminaire étaient tous ravis de voir cette technique démontrée de façon si convaincante. En tant qu’expert des point de pression, je me rendis compte immédiatement que la technique d’Oyata-sensei utilisée pour assommer l'étudiant n'était pas correct. Il avait volontairement induit en erreur les étudiants! (En passant, la technique fait partie du livre : Advanced Pressure Point Grappling, que j'ai co-écrit avec mon professeur George Dillman.)

George Dillman travailla avec Oyata-sensei dans le début des années 80 (et reçu son 7ème dan d’Oyata). C’est Oyata qui lui enseigna les rudiments du Kyusho-jitsu qui a formé la base de sa propre recherche. De toute évidence, Oyata-sensei avaient partagé des informations exactes avec Dillman. Dillman dit lui-même qu'il voyait souvent des informations erronées enseigner dans les séminaires d’Oyata.

Maintenant, je dois être prudent de peur que l’on dise que je semble critiquer Oyata-sensei. Si ce n'était pas pour sa volonté de partager les connaissances sur les méthodes de point de pression, cette information serait encore au sujet du mythe et du fantastique. Et, je ne veux pas juger la décision d'une autre personne de retenir l'information à des étudiants, étant donné que j'ai moi-même certaines techniques que je ne pourrai tout simplement pas enseigner à une personne qui n'est pas au moins ceinture noire et en qui j'ai une certaine confiance. Des instructeurs comme Kanazawa-sensei, et Oyata-sensei ont sans doute le sentiment que l'accès à leurs connaissances doit être acquis par des années dévouées, aveugles et de respect. Ok, je comprends, mais il y a une nette différence entre l’accès à la source des informations, et les erreurs misent intentionnellement à l'enseignement. Il n'est pas juste que Kanazawa réponde à la demande pour une conversation privée, et qu’il fasse apprendre la mauvaise application aux fidèles, qui l'acceptent avec un remerciement chaleureux. Ce n'est pas juste également qu’Oyata retiennent l'information et qu'il présente des informations erronées.

George Dillman est exactement le contraire en tant qu'instructeur. J'ai, à plusieurs reprises, demander à George de me montrer une technique secrète, insistant sur le fait que je ne le dirai à personne, et me rendre compte quelques semaines plus tard comment il a appris ce "secret" à 100 personnes en séminaire. Je suis venu à comprendre qu'il n'était pas réellement contre le partage des secrets que je devais garder, il me donnait seulement une longueur d'avance sur les choses. Et cela fait partie des raisons pour lesquelles les instructeurs de la DKI (Dillman Karate International) sont si compétents et qualifiés.

Il s'avère que, lorsque la connaissance est retenue, elle est perdue. Tout comme Kuniba-sensei n'a pas été en mesure de transmettre tout ce qu'il savait avec le peu de temps qu’il a eu entre son diagnostic et son décès. La connaissance a été perdue à travers les âges. Mais, quand la connaissance est partagée ouvertement, alors elle ne dure pas seulement, elle prospère. Parce que Dillman partagea tout ce qu'il savait, ses élèves ont pu explorer de nouveaux domaines de pratique. Ils ont ensuite partagé, et nous nous sommes améliorés. Je crois qu’il nous a fait comprendre que les méthodes de combat utilisant les points de pression sont meilleures maintenant, qu'à tout autre moment au cours du siècle dernier. Et ce n'est pas parce que nous sommes de grands maîtres. Nous donnons généreusement dans notre enseignement. En cela, nous suivons tout simplement l'exemple donné par George Dillman, et le résultat est magnifique.

Ainsi, partagez la part de ce que vous apprenez, et nous allons tous devenir meilleur.
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Verrecchia le Ven 21 Mai 2010 - 15:40

Super intéressant
Merci Antoine
avatar
Verrecchia

Nombre de messages : 47
Age : 57
Localisation : Paris (75)
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Ven 21 Mai 2010 - 18:53

Merci pour tes encouragements Giovanni !!!
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Jean-Paul Bindel le Ven 21 Mai 2010 - 19:25

Je vous ai toujours dit que Chris THOMAS était un grand monsieur et George DILLMAN itou.
A vous de les renconter maintenant...

_________________
"Si on ne peut parler que de sa propre expérience, on peut toujours apprendre de celle des autres."
avatar
Jean-Paul Bindel

Nombre de messages : 2379
Age : 70
Localisation : Théza (66)
Date d'inscription : 25/07/2008

http://www.ecolefrancaisedebudo.fr

Revenir en haut Aller en bas

mister chris thomas

Message  Bernard Brouquisse le Dim 23 Mai 2010 - 20:32

salut à tous

je confirme,c'est un homme qui a de grandes connaissances et qui partage.
merci à toi antoine de mettre tes compétences linguistiques au service de tous.

à bientôt
bernard
avatar
Bernard Brouquisse

Nombre de messages : 95
Age : 67
Localisation : Toulouse (31)
Date d'inscription : 01/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Mar 25 Mai 2010 - 12:41

Bonjour,

Ce texte me parle grandement, car comme beaucoup d'entre vous certainement, je me suis un jour posé la question de la réelle efficacité du Karaté-Do à travers l'apprentissage des Kata et des Bunkai associés.

Avec la découverte du Kyusho-Jitsu, j'ai obtenu "LA" réponse qui me permet désormais de continuer à pratiquer et chercher pour le reste de la vie !!!
LE « DON » que j'ai reçu de GEORGE DILLMAN


Quelques années avant ma rencontre avec George Dillman, j'ai essayé de faire l'interprétation des kata. Je savais que ces mouvements devaient avoir une certaine utilité pragmatique et fonctionnelle, et que la pratique des formes anciennes devait posséder une valeur de profondeur. Je l'ai ressenti pour une raison logique (cette pratique n'aurait pas survécu sans valeur pratique), et pour une raison émotionnelle (j'avais investi beaucoup de temps dans l'étude des kata). Donc, j'étais déjà à la recherche de formes et des bunkai (interprétation). Certains de mes bunkai ont effectivement été très efficaces. Mais (et c'est un grand mais) sans avoir la compréhension des points de pression de combat, je manquais d’outils tactiques assurant que mon bunkai fonctionnerait.

Donc, je vous serai éternellement reconnaissant Sensei Dillman pour m’avoir donné ce beau cadeau. Et pourtant, il s'agit d'un don encore plus grand qu'il m'a donné. Il m'a donné la permission - permission de cesser de faire ce qui ne fonctionne pas.

Parce que les arts martiaux sont enseignés dans des environnements très hiérarchisés, nous nous habituons à être des humbles disciples qui nous soumettons aveuglément aux instructions de nos maîtres. Nous devenons de vrais croyants, en supposant, mais sans pouvoir jamais le confirmer, que nos enseignants sont sages et correctes en toutes choses.

De ce fait, quand j'ai commencé à travailler les bunkai, j’ai dû retravailler toutes les choses inutiles que j'avais apprises. Lorsque l’on m’a appris qu’un déplacement était pour le blocage de certaines attaques (même si cela a été clairement une explication horrible), je le pratiquais de cette façon, alors j'ai essayé de trouver d'autres significations. L'ajout d'une meilleure interprétation d'un répertoire, plutôt que de remplacer une interprétation tout à fait inutile. C'est épuisant de consacrer un temps précieux à la pratique inutile, et d'essayer de tenir une justification de ces pratiques.

Maintenant, grâce à l’autorisation que j'ai reçu de sensei Dillman, je ne fais que ce qui fonctionne. Et je prends ce principe à l'extrême. Je veux faire des techniques que toutes les ceintures vertes peuvent faire, les techniques qui suivent la théorie exacte des points de pression, les techniques qui fonctionnent encore très bien même si je manque tous les points de pression que je vise. Je me réfère à ce concept de "compétences normales, des résultats extraordinaires."


Si je peux me permettre, je tiens à vous donner la permission ainsi. Je vous donne la permission d'arrêter de faire ce qui ne fonctionne pas. Je vous donne la permission d'arrêter de faire ce que votre professeur vous a enseigné, si cela ne fonctionne pas (et si ça marche pour lui, il a la permission de continuer à le faire). Je vous donne la permission d'arrêter de faire ce qui ne fonctionne pas, même si le fondateur du système, l’a enseigné. Je vous donne la permission d'arrêter de faire ce qui ne fonctionne pas, et de passer tout votre temps sur ce qui fait vraiment le travail.
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Verrecchia le Mar 25 Mai 2010 - 19:04

Vivement la suite, merci Antoine
avatar
Verrecchia

Nombre de messages : 47
Age : 57
Localisation : Paris (75)
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Jeu 27 Mai 2010 - 16:15

Défense en Kyusho-JTSU:
L'immobilisation est la clé pour travailler les techniques de points de pression
Par Chris Thomas

Pour la défense en Kyusho-Jitsu: l'immobilisation est la clé pour travailler les techniques de points de pression !

Dans la communauté des arts martiaux, ceux qui pratiquent le Kyusho-jitsu (points de pression) sont souvent l'objet de critiques. Tout a commencé lorsque leur méthode d'auto-défense a d'abord été mise sous les projecteurs et les spectateurs ne voulaient même pas croire que les techniques étaient réelles. Pourtant, l’efficacité des KO en utilisant les points de pression a été démontrée de façon convaincante maintes et maintes fois, notamment par George Dillman et ses étudiants.

Aujourd'hui, deux principales critiques persistent. La première consiste à dire que les techniques utilisant les points de pression sont dangereuses et que ceux qui les pratiquent sont imprudents. Comme vous le verrez, cette accusation est sans fondement.


Techniques dangereuses ?
Depuis plus de 20 ans, l'art secret du Kyusho-jitsu a été publiquement enseigné et démontré. Aujourd’hui, des milliers d'étudiants pratiquent ces méthodes, et un nombre incalculable de personnes ont subies des KO, certains à plusieurs reprises. En 1997 à l'Hôpital de l'Université de Pennsylvanie à Philadelphie, une équipe de scientifiques a cherché à examiner le mécanisme derrière le KO avec l’utilisation des points de pression. Dans leurs conclusions, qui datent de septembre 1998 et par la suite publiées dans le « Journal of Sports Medicine », il a été écrit que "... pas de complications dangereuses ont été démontrées et aucun phénomènes dangereux immédiat ont été notés. "
Néanmoins, les revendications concernant les dangers de l’utilisation des techniques des points de pression persistent, comme les légendes urbaines. Pourtant, en combat libre, les artistes martiaux souffrent régulièrement des articulations, de commotion, de fracture et même parfois la mort, tout en participant au "Free fight ». Lorsque l'action est renforcée au niveau des combats de full-contact ou de boxe, le risque de blessure est encore plus grand, néanmoins les pratiquants de ces sports n’ont jamais été accusés d'imprudence pour les autres.

Soyons honnêtes : Malgré les conseils de prudence de ceux qui ne pratiquent pas les techniques de points de pression, il n'y a aucune preuve à l'appui que cela soit «irresponsable et dangereux."
La seconde critique du Kyusho-jitsu est que les points de pression qui doivent être activés sont trop « discrets » pour être utilisés en combat réel. Ceux qui formulent cette critique admettent toujours que les points peuvent effectivement avoir des résultats. Mais que dans un combat réel, il n'est tout simplement pas possible d'atteindre ces cibles minuscules.

En admettant que l’objectif de l'ensemble de la formation est d'apprendre à effectuer des actions sous un fort niveau de stress, il faut reconnaître qu'il est difficile d'atteindre une cible avec précision en utilisant des petits mouvements. Ce point a été évoqué à de nombreuses reprises, mais l'une des meilleures versions est la suivante : un chirurgien du cerveau peut effectuer une opération délicate, mais peut-il l’effectuer alors que le patient marche autour de la table d’opération ?

La réponse du pratiquant instruit à la méthode des points de pression est tout simplement: "Vous avez raison. Si vous souhaitez effectuer une opération du cerveau, vous devez d'abord sangler le patient."
Cette déclaration conduit à ce qu'on pourrait appeler la thèse de Kyusho-Jitsu : Si l'adversaire est incapable de se déplacer, il est beaucoup plus facile de frapper un point sur son corps. Donc, la première règle de l'art, c'est de viser les points qui ne sont pas en mouvement parce qu'ils sont plus faciles à frapper.

La deuxième règle découle logiquement : Faites quelque chose pour vous assurer que ce que vous voulez frapper ne bouge pas.


À l'action !
Considérez le scénario d’auto défense suivant : un agresseur en colère tend sa main gauche pour vous saisir par l'épaule droite afin de stabiliser sa cible. (C'est ainsi que, généralement, s'engage les combats de bar.) Mais au moment où il vous prend, tous les points de pression de son bras gauche (tendu) sont immobiles et faciles à toucher, vraiment facile à frapper. Ces zones devraient être les premières cibles de votre réponse.

Donc, si vous êtes un pratiquant en Kyusho-jitsu, vous pouvez employer la technique de karaté connu sous le nom Morote-uke.

Maintenant, il est important d'être honnête et admettre qu’en tant que victime, vous allez probablement être pris au dépourvu. (Sinon, vous auriez quitté les lieux pour éviter une confrontation physique.) Par conséquent, lorsque vous êtes saisi, vos mains feront un geste naturel de protection et ainsi « encaisser » le premier coup de poing de l'agresseur. Il est probable qu’il arme à nouveau son poing droit pour essayer à nouveau de vous frapper, c’est à ce moment que votre cerveau va rattraper la situation et que vos réflexes de formation débuteront pour immédiatement placer votre avant-bras gauche au milieu de son avant bras gauche à un point de pression appelé GI-7/wenliu, épinglant la main gauche contre son corps. Dans le même temps, vous utilisez votre poing droit près du coude, sur un point appelé GI-10/shousanli. Cette action provoque un « retour en arrière » et vers l’extérieur de l'épaule droite, et il fait plier son bras gauche.

Si vous continuez simplement à maintenir la pression sur GI-10, tout en maintenant votre avant-bras gauche (qui bloque le bras gauche de votre agresseur) contre votre corps, l'attaquant sera piégé et impuissant, la tête immobile et à proximité de votre poing gauche. Un coup sur E5/daying est généralement utiliser pour terminer l'altercation.

Ce qu’il faut retenir : Avant de frapper à la tête, qui peut être très mobile et difficile à atteindre, penser à piéger et contrôler l’agresseur sur les parties du corps où les points de pression sont immobiles.




Dans un autre exemple, utilisant de nouveau Morote-uke, l'attaquant vous attrape avec une prise au col à deux mains. Il s'agit généralement d'un prélude typique de l'une des trois actions pour l'attaquant : un coup de tête, un genou à l'aine ou une tentative d'intimidation. Bien sûr, vous n'avez aucune idée ce qu’il va utiliser, vous devez répondre à l'hypothèse qu'il a l'intention d'infliger des lésions corporelles et non pas simplement de vous intimider.
V
ous « empruntez » l'énergie de l'agresseur en le déplaçant à un angle de 45 degrés. Qui vous emmène loin de la ligne de force et le place dans une position quelque peu inconfortable.
Dans le même temps, vous frappez en même temps sur les points GI-10 de ses avant-bras, le faisant s'effondrer vers l'intérieur. Puis, avec une seule main, vous piéger ses bras contre votre corps et vous utilisez votre autre main pour frapper le point E-5 point sur sa tête.



(1) L'attaquant utilise sa main gauche pour saisir Dustin Seale par le revers.
(2) Un coup de poing droit à la tête suit immédiatement, mais le défenseur arrête d'un geste instinctif
(3) Comme l'attaquant se prépare à un nouveau coup de poing, le défenseur frappe ses avant-bras en utilisant les points GI-7 et GI-10
(4) Fléchissement du bras gauche de l’agresseur
(5) Le bras droit permet de maintenir l'adversaire immobilisé, le défenseur se termine par un coup de poing gauche sur le point E-5 (sur la mâchoire).


Dans les deux exemples, frapper ces "petites cibles" est extrêmement facile parce que vous visez des points qui sont immobiles, immobile à cause des actions que vous venez de prendre. Et dans les deux cas, il s’agit d’une confrontation dans un cadre d'auto-défense, un scénario de la vie réelle et non pas d'un commun accord.

Dans les deux exemples, la réponse en utilisant les points de pression est essentiellement la même, ce qui signifie que vous n'allez pas vous en arrêter là et réfléchir sur ce qu'il faut faire dans des circonstances différentes. Les scénarii montrent qu’il ne s'agit pas seulement d'attaquer les points sur le corps. Il s'agit de l'apprentissage d'une approche globale de légitime défense et d’arts martiaux traditionnels, qui prend en considération la dynamique réelle de confrontations violentes.
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Verrecchia le Jeu 27 Mai 2010 - 17:15

Encore merci Antoine de plus en plus intéressant
avatar
Verrecchia

Nombre de messages : 47
Age : 57
Localisation : Paris (75)
Date d'inscription : 18/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Arnaud le Lun 31 Mai 2010 - 10:44

C'est chouette Antoine, tu nous mets l'eau à la bouche! Merci pour ta traduction.
avatar
Arnaud

Nombre de messages : 187
Age : 40
Localisation : Montpellier (34)
Date d'inscription : 04/10/2008

http://www.forumsensmartial.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Antoine le Mer 18 Aoû 2010 - 9:35

Bonjour,

Encore 1 mois avant la venue de Chris THOMAS en France...
Afin de patienter, une des rares vidéos de Chris disponible sous Youtube :

http://www.youtube.com/watch?v=xC24Co3DJY0

Vivement septembre !!!

Bonne fin d'été et bon courage pour la rentrée.

A bientôt.

avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Jean-Paul Bindel le Dim 3 Oct 2010 - 15:46

Bon maintenant on l'a vu....

Vous pouvez tout relire et comprendre un peu mieux. Smile

_________________
"Si on ne peut parler que de sa propre expérience, on peut toujours apprendre de celle des autres."
avatar
Jean-Paul Bindel

Nombre de messages : 2379
Age : 70
Localisation : Théza (66)
Date d'inscription : 25/07/2008

http://www.ecolefrancaisedebudo.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: En attendant Chris THOMAS...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum