Le "touché de la mort"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le "touché de la mort"

Message  Antoine le Mar 8 Juin 2010 - 15:01

Article du Docteur Michael Kelly qui a notamment écrit l'ouvrage régulièrement conseillé en formation et sur ce forum : "Dim Mak face à la science"
Réalité ou fiction?
Par le Dr Michael Kelly
La science médicale examine le Dim Mak et son « infâme » touché de la mort




Rien ne polarise autant le monde des arts martiaux que le Dim Mak. Que vous utilisiez son nom chinois (Dim Mak), son nom japonais (Kyusho-jutsu) ou son nom américain (combat avec les points de pression), le résultat est le même : les gens qui pratique cette méthode de combat controversée peuvent affirmer l'efficacité de leurs techniques, qui se concentrent sur l'attaque vulnérables des zones du corps à travers les points d'acupuncture, et de réclamer que leur art est un lien précieux pour connaître les compétences des combats du passé. Dans le même temps, les critiques insistent pour dire que les points du Dim Mak n'existent pas ou sont inefficaces dans le combat réel. Ils fondent leurs arguments sur l'hypothèse qu'il existe des cas documentés où il n’y a pas de blessures causées par des coups sur ces points, que se soit accidentellement ou intentionnellement, pendant le combat.

En réalité, les arguments qui dénoncent l'efficacité du Dim Mak sont fondés sur la désinformation. La littérature médicale moderne possède de nombreux articles et études de cas qui démontrent que l'attaque des points vitaux de l'organisme peut entraîner des blessures graves et que ces blessures peuvent survenir au cours d'affrontements réels.



Situé directement sur l'endroit où l'artère carotidienne bifurque dans les artères carotides interne et externe, le point estomac-9 est réputé pour être en mesure de provoquer une élimination directe, la mort et la mort retardée. Cette partie de l'artère contient un organe spécial sensoriel, du sinus carotidien, qui surveille la pression du sang qui coule vers le cerveau.

Lorsque la pression est trop élevée, il signale au centre vaso-moteur dans le cerveau de diminuer la pression sanguine en dilatant les vaisseaux sanguins périphériques et en diminuant la fréquence cardiaque. Cependant, la science médicale a constaté que la stimulation excessive de cet organe entraîne une diminution drastique de la pression artérielle qui peut entraîner une perte de conscience ou même un arrêt cardiaque. En outre, les artères carotidiennes sont sujettes à une accumulation de plaques d'athérosclérose dans le sinus carotidien.

Des coups au sinus carotidien en utilisant le point estomac-9 peuvent endommager ou causer de petites déchirures à l'intérieur de l'artère carotidienne, ce qui peut causer des caillots sanguins conduisant à une occlusion et AVC ou de décès ultérieur. La science médicale a constaté que les plaques se développent pendant l'enfance, il y a un risque si sur un coup, un morceau de plaque se détache et se déplace alors vers le cerveau.

Certains artistes martiaux protesteront que l'estomac-9 n'est pas vraiment dangereux, car il n'y a pas de cas documentés dans lesquels des personnes ont été grièvement blessés par des coups accidentels ou intentionnels du sinus carotidien ou de l'artère carotidienne.

Toutefois, l'abondance de la littérature médicale décrit les blessures graves qui ont entraîné un traumatisme contondant sur l’artère carotidienne, y compris l’évanouissement et la mort. En fait, 80% des blessures contondant sur l’artère carotidienne peuvent entraîner la mort ou de graves troubles neurologiques.

Il y a même des cas où des coups directs à l'artère carotidienne (estomac-9) conduisent à un accident vasculaire cérébral ou la mort. L'exemple le plus spectaculaire concerne un jeune homme qui a reçu un coup de poing à l'artère carotidienne lors d'un cours de karaté. Il souffrait une semaine plus tard d'une faiblesse développée d'un côté de son corps, effet secondaire à une occlusion de l'artère carotidienne. Il n'est pas surprenant que ces symptômes aient été retardés car il est bien connu que de tels traumatismes peuvent provoquer des déficits neurologiques retardés ou la mort. Une autre étude a montré que ces déficits peuvent survenir jusqu'à 10 ans plus tard. Peut-être ce phénomène est l'étiologie du légendaire «touché de la mort retardé."



Bien que certains praticiens supposent qu’une force importante est nécessaire pour que de tels dommages se produisent, il est démontré que le simple fait de saisir l'artère carotidienne peut conduire à un accident vasculaire cérébral ou la mort. Dans un cas documenté, un expert de karaté d'âge moyen a développé une soudaine paralysie et était incapable de parler après que son artère carotidienne fut saisie au cours d'une séance d'entraînement.



Mort subite

Situé à l'arrière du cou à la base du crâne, le point de la vessie-10 est considéré comme l'un des points les plus meurtriers du Dim Mak. Cela peut paraître scandaleux pour des critiques, mais il y a un cas documenté d'un homme qui est décédé subitement après avoir reçu un coup à cet endroit. Même s’il a été soupçonné d'abord que les traumatismes du cerveau ont été la cause du décès, une autopsie a montré que l’origine était le traumatisme contondant dans la zone du point de la vessie-10. Le mécanisme de la mort était censé avoir participé aux stimulations des nerfs occipitaux conduisant à un dysfonctionnement du système nerveux autonome.

Il y a aussi de nombreux rapports de la mort subite résultant des impacts de faible énergie à la poitrine. L'autopsie de la victime d'un homicide, un jeune homme décédé après avoir reçu des coups à la poitrine, n'a montré aucun signe externe ou interne de blessure sur l’abdomen et le plexus solaire.

En conséquence, sa mort a été attribuée à un dysfonctionnement du système nerveux autonome secondaire aux coups du plexus solaire. Un autre jeune artiste martial mourut subitement après avoir reçu un coup dans le plexus solaire pendant un combat d’entrainement. Ces cas de « CORDIS commotion », ce qui signifie en latin «commotion du cœur», ont été publiés. Les zones où les coups sont les plus susceptibles d'induire le « CORDIS commotion » sont en corrélation avec l'emplacement exact des points du Dim Mak létale. Ces exemples illustrent la façon dont la science médicale moderne peut être utilisée pour prouver qu'il y a des domaines sur le corps humain qui peuvent causer la mort ou la maladie lorsqu'il est attaqué et que ces domaines en corrélation avec la localisation des points du Dim Mak. Bien que la jurisprudence citée ne peut attribuer les blessures aux fluctuations du chi (énergie interne), elles continuent de fournir la preuve qu'il existe des zones vulnérables du corps qui peuvent être exploitées pendant le combat. La seule question qui demeure est, par quel mécanisme ces blessures surviennent ?

Les explications traditionnelles impliquent des perturbations du chi, mais ce sont des concepts difficiles à prouver et sont donc rejetés par beaucoup comme un non-sens. Cependant, nous ne devons pas douter de l'existence d'un phénomène simplement parce que nous nous interrogeons sur la validité de son explication. Tout au long de l'histoire, de nombreuses théories populaires ont été remplacés par ceux que la science a amélioré. Si la réponse à une explication pauvre était tout simplement de rejeter le phénomène qui n'existe pas, nous n'aurions jamais atteint les avancées technologiques que nous tenons aujourd'hui pour acquis.

Peut-être que nous pouvons extrapoler à partir de l'histoire qu'il est maintenant temps pour les plus âgés des explications ésotériques du Dim Mak d’être remplacées par des explications médicales plus modernes.



Dr Michael Kelly pratique les arts martiaux depuis plus de 17 ans. Il a étudié la science médicale derrière le Dim Mak et a écrit de nombreux articles sur le sujet, ainsi qu'un livre intitulé : Dim Mak face à la science.
avatar
Antoine

Nombre de messages : 110
Age : 40
Localisation : Prinquiau (44)
Date d'inscription : 13/01/2010

http://www.boxe-martiale.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le "touché de la mort"

Message  Philippe Robardey le Jeu 10 Juin 2010 - 23:34

En effet, cette traduction (merci ! ) me rappelle l'un de mes cours de crimino : un médecin légiste nous avait rapporté ses propres observations, très similaires à celles citées ci-dessus. Tout simplement pour illustrer qu'il n'y a pas de coups anodins, et qu'il est donc parfaitement logique que notre droit pénal interdise de porter des coups à autrui (en dehors de la légitime défense bien entendu), car on ne peut jamais savoir quels en seront les effets...

Ici nous avons connaissance de ces points dangereux, et je pense que cela amène la conscience qui accompagne cette connaissance...
avatar
Philippe Robardey

Nombre de messages : 94
Age : 45
Localisation : Nîmes, Montpellier
Date d'inscription : 25/07/2008

http://www.mondedesartsmartiaux.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum